Le procédé

Bandeau pano Découvrez le procédé

Photo © Gabriel Karanfil

 

 

Photographes, dessinateurs, graphistes : avec la Subligraphie®,

accédez à une qualité de reproduction exceptionnelle

sur un support rigide pratiquement inaltérable !

 

 

La sublimation thermique optimisée pour le tirage photographique.

La sublimation thermique est un procédé développé depuis plusieurs décennies, utilisé notamment dans l'industrie textile, et également mis en oeuvre dans certaines imprimantes photo. Grâce à de récents efforts de recherche et de développement, cette technique est enfin compatible avec les exigences très élevées imposées par la reproduction photographique de haute qualité, et ce sur des supports rigides très résistants tels que des plaques d’aluminium ou de MDF. La certification Subligraphie® apporte désormais la garantie d'une colorimétrie fidèle, d'une parfaite reproductibilité d'un tirage à l'autre, d'une durabilité inégalée du support. Pour la première fois peut-être dans le monde de la reproduction photographique, la Subligraphie® garantit à la fois une très haute définition d’image, une large palette de couleurs vibrantes, des effets de matière et de profondeur inédits, ainsi qu'une résistance exceptionnelle aux agressions.

 

Le tirage haut de gamme direct sur support rigide à très longue durée de vie est désormais disponible.

Son impact visuel est exceptionnel.

Son nom est Subligraphie®.

 

Le procédé Subligraphie®

Avec la Subligraphie®, l’image est diffusée par sublimation thermique dans les fines couches de vernis polyester déposées au préalable sur des supports rigides d'une très grande planéité. C’est l’une des grandes différences avec d’autres techniques de report ou de contrecollage de tirages papier sur plaques de métal ou de plexiglas. Ici l'image "fait partie intégrante du support" et plus rien ne vient s’interposer entre l’œuvre et l’œil, le vernis polyester offrant une protection neutre de l’image, absolument imperceptible. Qui plus est, cette protection transparente résiste aux traces de doigts, aux griffures, au vieillissement, aux écarts de température, au contact avec de nombreux produits même parmi les plus corrosifs. Elle résiste également à l’exposition directe de la flamme !

Cette technique nécessite donc l’utilisation de supports spécifiques préparés à l’avance : plaques d’aluminium ou de MDF recouvertes d'une première couche de substrat blanc pur, puis de six couches de vernis polyester parfaitement transparent (pour les plaques de finition brillante). L'adhérence de ces couches au support est totale. L’inscription de l’image sur ces plaques se fait ensuite par contact et pressage à chaud d’un tirage de transfert réalisé sur un papier spécial, avec des encres à sublimation, des imprimantes et un RIP* calibrés précisément pour cet usage. Pour garantir une qualité maximale, SubliPix utilise les plaques ChromaLuxe, les seules actuellement sur le marché permettant un contraste très élevé et une vaste palette colorimétrique. La pureté de leur fond blanc est exceptionnelle et rivalise avec celle des papiers les plus neutres.

De manière classique, l'impression jet d'encre utilisée pour la réalisation du transfert est un procédé reposant sur un motif de trame. Or ce motif est bien sûr absent des scènes et objets que nous voyons dans la réalité. Mais du fait de la sublimation ultérieure des encres lors de la phase de "cuisson" des supports, la Subligraphie® devient en pratique une technique d'impression à tons continus - c'est à dire sans effet de trame - dont le rendu correspond parfaitement à la façon dont nous percevons les formes, les couleurs, les textures.

Avec l'impression à jet d'encre, la trame d'impression (ici en quadrichromie) fait apparaître des réseaux superposés de gouttes d'encre d'une seule densité (mais de taille et/ou d'espacement variable ce qui permet d'obtenir des tons différents). Même si cette trame est très fine et a priori indécelable à l'oeil nu, les motifs n'en restent pas moins reproduits de manière discontinue. Cette trame d'impression doit évidemment être de quelques ordres de grandeur plus fine que la résolution du document à reproduire (résolution classique du document pour l'impression : 300 dpi).

Avec la Subligraphie®, le passage par l'étape de sublimation thermique des encres contribue à diffuser complètement ce motif de trame. Le mélange des couleurs s'effectue comme sur la toile du peintre : les tons sont continus, les dégradés parfaitement progressifs. L'image est restituée de manière analogique avec une finesse dépassant celle d'un tirage argentique, où la formation de l'image est obtenue par la juxtaposition d'agrégats plus ou moins gros de grains d'argent. Cette continuité apporte de la précision dans la restitution des détails et un pouvoir d'analyse supérieur des textures. C'est ce qui donne aux tirages en sublimation leur modelé incomparable, qu'aucun procédé discontinu n'est susceptible d'égaler.

La qualité d’impression doit être parfaite, de même que l’uniformité du pressage à chaud, qui est réalisé par de très grandes presses. Lors du passage à haute température, les encres déposées sur le papier passent directement de l’état solide (poudre) à l’état gazeux : c’est la sublimation. Les minuscules bulles de couleur ainsi générées sont alors emprisonnées dans les molécules de polyester, qui se sont ouvertes sous l’effet de la chaleur et se referment progressivement en polymérisant lors du retour à l’ambiante. Au final, les pigments colorés sont encapsulés de manière totalement étanche dans des perles de vernis transparent extrêmement résistantes.

Presse Monti

*RIP : Raster Image Processor, pilote informatique permettant l'impression physique de fichiers numériques image.

Avantage du procédé Subligraphie®

Les exigences de reproduction de l'image photographique sont excessivement élévées, et parfois contradictoires :

  • nombre très élevé de nuances de couleurs à reproduire,
  • respect de la colorimétrie souhaitée par l'artiste,
  • restitution de valeurs élevées de contraste,
  • inversement, rendu de la progressivité des dégradés,
  • résolution de détails minuscules.

Ces exigences sont aujourd’hui pleinement satisfaites par ce procédé d’impression, qui garantit la reproductibilité de performances impressionnantes :

  • très grande palette colorimétrique (assimilable à l’espace sRGB*, rarement dépassé à l’impression),
  • contraste parmi les plus élevés de toutes les filières de tirage (Dmax utile > 2,5*),
  • respect maximal des dégradés grâce à l’emploi de RIP extrêmement performants,
  • reproduction de détails d’une extrême finesse due à l’absence de motif de trame.

De plus, cette technique de tirage se suffit à elle-même pour l’exposition des œuvres. Mise à part une mise en valeur par l’adoption d’un châssis rentrant, affleurant ou d’une caisse américaine (options proposées à la commande), les œuvres produites n’ont besoin d’aucune protection particulière (film, plexiglas ou vitre) pour être exposées, même à l'extérieur. Car le procédé Subligraphie® garantit en outre - et c'est là son autre supériorité - la grande insensibilité des supports aux agressions mécaniques, thermiques et chimiques. Le vieillissement du vernis est pratiquement sans effet sur le rendu de l’image, dont la colorimétrie reste très stable dans le temps : pas de dérive à long terme, pas d’affadissement des couleurs.

Avec la Subligraphie©, l’œil est en contact direct avec l’œuvre reproduite, désormais indissociable de ce support haut de gamme qui la magnifie, qui en fait un objet d’art à part entière.

La Subligraphie® et la tenue dans le temps

Chromaluxe, actuellement seul fabricant de plaques de qualité est situé aux Etats-Unis, et exploite cette technique depuis plusieurs années. Deux laboratoires de recherche américains ont conduit des tests environnementaux sur des tirages photographiques réalisés avec ces plaques et ont clairement établi qu’ils constituent les supports photographiques les plus durables du marché.

Les premiers tests ont constitué à reproduire les effets d’un mélange d’éclairage incandescent et de lumière du jour indirecte, et à détecter une atténuation notable des couleurs. Les plaques ont été comparés aux trois meilleurs papiers photographiques existants (qualité archivage) : les résultats montrent que les reproductions réalisées par Subligraphie® durent deux fois plus longtemps que les deux premières références de papier et quatre fois plus longtemps que la troisième.
Le deuxième laboratoire indépendant a reproduit les effets d’un éclairage fluorescent dans un environnement de bureau ouvert (absence de vitres). Dans ce test, les plaques ont résisté à l’atténuation des couleurs 1,7 fois plus longtemps que la meilleure référence de papier. Or il s'agit de papiers eux-mêmes donnés pour une stabilité supérieure à la centaine d'année !

Par ailleurs notre propre expérience ne met en évidence aucune altération des supports ni des couleurs après une exposition continue de 3 ans à l'extérieur, sans protection particulière (plaques exposées directement aux intempéries).

Exigences du procédé Subligraphie®

Contrôle RIP

Le procédé Subligraphie® impose des exigences élevées tout au long de la chaîne de production, qui reste entièrement manuelle. Les tirages sont donc effectués de manière artisanale, en respect d’une procédure rigoureuse qui garantit l’exactitude et la parfaite reproductibilité du résultat :

  • contrôle d’entrée de l’image à reproduire (définition, format, colorimétrie),
  • contrôle d’entrée du support (planéité, découpe, état de surface)
  • pour le tirage de transfert, mise en œuvre d'une chaîne d'impression parfaitement calibrée,
  • utilisation d’encres à sublimation spécifiques (huit couleurs),
  • utilisation d’un papier spécial n’absorbant pas les encres,
  • séchage méticuleux du tirage de transfert,
  • application précise du transfert sur le support de reproduction,
  • pressage à chaud du support,
  • contrôle de sortie du tirage,
  • emballage en pack de transport sécurisé et réutilisable.

La chaîne de production fait l’objet de contrôles réguliers (constance des caractéristiques de définition, contraste, colorimétrie) et d’une certification annuelle.

Remarque importante : Afin de maximiser la qualité des tirages et éviter toute déconvenue à nos clients, notre processus de commande interdit le choix d'un format qui ne serait pas en adéquation avec la définition des fichiers fournis. Notre résolution de travail étant de 300 dpi, il convient, pour commander par exemple un tirage de taille 60 x 90 cm, de fournir un fichier jpeg ou tiff (préférablement) qui fasse au moins 60 x 90 cm à 300 dpi (c'est à dire comportant 10 630 x 7087 pixels). De tels fichiers peuvent s'avérer très lourds et demanderont un temps de chargement de plusieurs minutes sur notre site, ce ne qui pose aucun problème.

Les finitions

Le procédé permet le tirage d’image couleur ou noir et blanc, sur support brillant ou satiné (plaque d’aluminium), avec ou sans fond blanc. En MDF, seule la finition brillante à fond blanc est aujourd’hui disponible. SubliPix est partenaire d’un programme de qualification de nouveaux supports qui permettra d’élargir l’offre de tirage en qualité Subligraphie®.

La Subligraphie® face aux technologies alternatives

La Subligraphie® peut être mise en perspective avec d’autres types de techniques de reproductions graphiques et photographiques :


Le tirage papier
Du point de vue de l’espace colorimétrique reproduit, la Subligraphie® fait jeu égal avec la plupart des tirages argentiques ou jet d’encre sur papiers brillants ou super-brillants. En revanche, la fragilité des papiers, leur sensibilité aux agressions extérieures sont naturellement très élevées : traces de doigts, déchirures et produits en tout genre y laissent des traces indélébiles. L’hygrométrie, les écarts de température, l’exposition à lumière et la pollution ont également une influence rapide et majeure sur la brillance des reproductions sur les papiers les plus sophistiqués. L’excellente palette colorimétrique présentée par ces papiers en sortie d’impression se réduit très vite dès lors que les images sont exposées.
En condition d’exposition, les tirages papier ne peuvent se suffire à eux mêmes. Ils doivent être enchâssés sous marie-louise, encadrés et mis sous-verre. Ce qui non seulement augmente sensiblement le coût de l’œuvre exposée, mais introduit des éléments perturbateurs entre l’œuvre et l’œil.

Le Dibond©
Dibond© est le nom commercial d’un matériau composite faisant appel à deux fines plaques d’aluminium réunies par un joint plus épais de polyéthylène solide. Le panneau de Dibond©, épais de quelques millimètres, a donc l’apparence et la rigidité de l’aluminium sans en avoir le poids. Dans la grande majorité des cas, la reproduction sur Dibond© consiste en l’encollage d’un tirage papier type RC (Resin Coated) sur une des deux faces. Beaucoup plus rarement, il s’agit d’une impression thermique directe sur panneau, lesquels sont ou non recouverts d’une couche de substrat blanc. Dans le premier cas, le tirage présentera la même susceptibilité aux agressions et les mêmes caractéristiques de vieillissement que le tirage papier. Dans le second cas, les techniques d’impression consistent en un simple dépôt d’encre en surface, sans protection particulière. Le pouvoir d'accroche de ces encres reste très limité.

Le Diasec©
Diasec© est également une marque commerciale décrivant une technique consistant à contrecoller un tirage papier sur une plaque transparente de méthacrylate ou de plexiglas, dans le but de protéger la surface imprimée des UV et des agressions extérieures. Dans certains cas, le dos du tirage est également contrecollé sur un Dibond©, pour un maximum de rigidité et de protection. Si les tirages papier utilisés affichent désormais une durée de vie supérieure à une centaine d’années, il n’en va pas de même des épaisseurs de colle et de matériau translucide qui s’interposent entre l’image et l’œil et dégradent très sensiblement la définition de l'image. Elles ont tendance à jaunir et à se ternir au contact de l’air ambiant, et s’avèrent chimiquement très sensibles. L’emploi de solutions alcooliques, acides ou de solvants est proscrit sous peine de voir apparaître des craquelures dans la couche protectrice.

L’Impression directe
L’impression directe sur supports rigides, plus récente encore, ne peut garantir une adhérence parfaite et durable de l’image sur les surfaces. L’impression UV, susceptible de recouvrir un grand nombre de matériaux, ne permet pas quand à elle la maîtrise de la colorimétrie, et reste également très sensible aux frottements et agressions mécaniques des supports.

Une question ?

Nous y avons probablement déjà répondu dans notre rubrique VOS QUESTIONS